Votre flore intestinale est le pilier de votre santé

Publié le : 14/12/2020 21:13:51
Catégories : Santé

Votre flore intestinale est le pilier de votre santé

Que sont exactement les Probiotiques ?

Ce sont ces milliards de bactéries amies qui vivent dans nos intestins, en symbiose avec notre métabolisme, et qui sont extrêmement bénéfiques pour notre santé. On les désigne sous le terme de « microbiote ».

De nombreux facteurs peuvent perturber cette flore intestinale qui assure, entre autres, une bonne digestion et la bonne hygiène de nos intestins. Le stress chronique, certains aliments, la prise de médicaments et d’antibiotiques altèrent cet équilibre pourtant essentiel pour notre santé.

Les premiers effets d’un dysfonctionnement de cette flore probiotique se portent naturellement sur nos intestins : cela commence par des gaz, des flatulences, par l’alternance de constipation et de diarrhée, des digestions difficiles, etc. Mais ce n’est pas tout...

En effet, la flore intestinale constitue une protection de la muqueuse intestinale. Par conséquent, un déséquilibre prolongé de la flore probiotique conduit à une inflammation de la muqueuse qui génère ce que l’on appelle, d’une part, le syndrome du côlon-irritable et, d’autre part, la maladie cœliaque.

Cette inflammation chronique rend la paroi digestive poreuse et permet la pénétration dans la circulation générale de molécules étrangères qui génèrent à leur tour des réactions allergiques et immunitaires.

Pour toutes ces raisons un apport de probiotiques, en particulier Lactobacillus et Bi dobacterium, est souvent essentiel pour lutter contre les troubles digestifs (1).

1 - Constipation et diarrhée

De nombreux facteurs influencent la motilité intestinale et, en particulier, des facteurs alimentaires et nerveux. Néanmoins, la flore intestinale joue aussi un rôle prépondérant par des mécanismes de fermentation et des facteurs métaboliques.

D’ailleurs, la constipation chronique est accompagnée d’une baisse importante du nombre et de la diversité des bactéries intestinales ainsi qu’une diminution du processus de fermentation (2).

Une publication récente du King’s College de Londres insiste sur la nécessité de mieux informer le public sur l’importance d’un apport de probiotiques pour lutter contre la constipation chronique et ainsi améliorer la qualité de vie. Dans cet article médical les auteurs regrettent que les praticiens de santé ne prescrivent pas davantage des probiotiques dans cette indication (3).

La prise d’antibiotiques détruit aussi la flore intestinale ce qui permet à des bactéries nocives de s’installer, en particulier le germe Clostridium difficile qui provoque des diarrhées, aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte.

« Un travail universitaire américain a analysé les résultats de 31 études cliniques randomisées portant sur un total de 8672 patients, adultes ou enfants, traités avec des antibiotiques. L’étude confirme les résultats d’un rapport plus ancien (4), à savoir qu’un apport de probiotiques permet le plus souvent d’éviter la diarrhée à clostridium (5) »

2 - Le côlon irritable

Les troubles intestinaux chroniques sont extrêmement fréquents et sont provoqués par divers facteurs dont, entre autres : stress, flore intestinale perturbée, alimentation trop riche en bres, etc. Cela provoque une abondance de gaz et de flatulences désagréables avec parfois des douleurs intestinales et des selles molles. Ceci est le signe d’une inflammation du tube digestif. Une équipe de chercheurs de la faculté de pharmacie de Téhéran a effectué l’analyse de 15 études cliniques différentes, réalisées en double-aveugle contre placebo, avec un total de 1793 patients. Il en ressort un net effet bénéfique des probiotiques sur la douleur et la sévérité des symptômes du côlon irritable (6).

« Le département de nutrition du King’s College de Londres conforme l’importance d’un apport de probiotiques pour lutter efficacement contre le syndrome du côlon irritable. Les auteurs signalent que le rôle des bifidobactéries semblent primordial, d’autant que c’est ce type de flore qui est le plus affecté chez les patients qui se plaignent d’in ammation digestive. Ils recommandent en outre de diminuer l’apport de fibres alimentaires (7) »

Plus récemment encore, le groupement des gastroentérologues des pays asiatiques a publié ses recommandations pour lutter efficacement contre le syndrome du côlon irritable. Ils préconisent d’une part un apport de probiotiques et, d’autre part, une diminution de l’apport alimentaire de polyols et de bres diététiques fermentables (8).

3 - La maladie céliaque

C’est une réaction immunitaire intestinale, provoquée par le gluten alimentaire présent dans les céréales. Il s’agit d’une susceptibilité génétique qui induit une inflammation de la muqueuse digestive, accompagnée par une atteinte de la flore intestinale. Cela conduit finalement à une porosité excessive de l’épithélium intestinal qui engendre une réaction immunitaire générale. Ce sont les Lactobacilles et Bi dobactéries qui sont les plus perturbés dans le microbiote de la maladie céliaque. Il a été bien démontré qu’un apport de probiotiques qui contient ces deux souches permet de dégrader le gluten et de protéger la muqueuse intestinale (9).

« Enfin, il me parait intéressant de mentionner les résultats d’une étude réalisée par les chercheurs de l’INSERM de Lille. Ils ont démontré que Lactobacillus acidophilus apaise les douleurs intestinales en stimulant les récepteurs intestinaux aux opioïdes et cannabinoïdes. Il s’agit donc bien d’une action analgésique naturelle (10) »

4 - Les troubles du système nerveux central

Depuis une dizaine d’année la recherche médicale a mis en évidence les liens physiologiques et biochimiques très forts qui existent entre les intestins et le cerveau. C’est ainsi qu’est progressivement apparu l’importance de la flore intestinale sur le fonctionnement harmonieux du cerveau. Une flore perturbée étant souvent liée à un trouble neurologique (11). L’état de notre flore intestinale influence donc notre humeur ! Des chercheurs chinois ont analysé les résultats de plusieurs études cliniques contrôlées et ont montré qu’un apport de probiotiques améliore les scores qui définissent l’humeur et la dépression y compris dans les dépressions fortes. L’humeur des patients en bonne santé est aussi améliorée (12).

« Ces résultats furent confirmés plus récemment par une équipe de Taïwan qui ont analysé les résultats de 19 études cliniques randomisées en double-aveugle contre placebo et regroupant 1900 participants. Ils concluent que « l’effet bénéfique des probiotiques sur les symptômes dépressifs était signi catif chez les patients déprimés ». Ils précisent que « les probiotiques qui contiennent plusieurs souches bactériennes sont plus efficaces pour réduire la dépression (13) »

5 - Les défenses naturelles

Le tube digestif est le siège d’une intense activité immunologique. Les intestins sont tapissés de plaques de Peyer où résident une grande quantité de cellules immunitaires tels les lymphocytes B et T responsables de l’immunité innée. En outre, le mucus contient des agents spécialisés dans l’immunité innée tels les macrophages. Il n’est donc pas étonnant que la flore intestinale probiotique, en particulier les lactobacilles et les bifidobactéries, joue un rôle dans la réponse immunitaire en tant qu’immuno-modulateur qui module l’immunité en fonction de l’environnement et diminue l’inflammation (14).

« C’est ainsi que les probiotiques sont souvent prescrits chez les femmes enceintes pour prévenir les eczémas chez les enfants. Des équipes de chercheurs internationaux ont passé en revue et analysé 24 études cliniques sur le sujet. Ils concluent de la façon suivante : « Les probiotiques réduisent le risque d’eczéma lorsqu’ils sont administrés durant le dernier trimestre aux femmes enceintes ou bien chez les mères qui allaitent » (15) »

Ces résultats ont ouvert la voie à un nouveau champ d’investigation qui est celui des allergies alimentaires, de plus en plus fréquentes de nos jours, et qui sont le signe d’une mauvaise tolérance immunitaire. Il a été montré qu’un déséquilibre du microbiote intestinal est impliqué dans ce processus d’intolérance alimentaire (16). L’usage des antibiotiques est souvent responsable de ce déséquilibre. Un apport complémentaire de plusieurs probiotiques ouvre de nombreuses perspectives thérapeutiques dans ce domaine (17). Les probiotiques sont aussi impliqués dans la réponse immunitaire qu’ils facilitent lors des infections et sont utilisés largement en ce sens dans les élevages industriels (18).

En conclusion

L’ensemble de ces résultats apporte la preuve de l’intérêt d’un apport de probiotiques pour renforcer la flore intestinale et l’hygiène digestive, gage de bonne santé. Il n’est pas exagéré de dire qu’un apport complémentaire et régulier de probiotiques constitue le premier geste santé que nous devrions tous avoir.

La prise de plusieurs souches de probiotiques, en particulier Lactobacillus et Bi dobacterium, semble très bénéfique dans l’ensemble des troubles digestifs : constipation, diarrhées, flatulences, intestin irritable, intolérance au gluten, douleurs intestinales. En outre, des travaux plus récents ont montré l’importance de l’axe sphère digestive-cerveau. C’est ainsi qu’un apport de probiotiques améliore divers troubles du système nerveux central, à commencer par les états dépressifs, mais aussi l’autisme et la maladie d’Alzheimer.

Enfin, il est apparu que les probiotiques ont un rôle déterminant dans la réponse immunitaire intestinale, en particulier dans les allergies alimentaires.

Les références bibliographiques sont disponibles sur demande à conseil@espace-renaissance.com

Yves
Biochimiste - Dr ès-science

Découvrir SOLBIOTIC

Produits associés