Traitement contre le staphylocoque doré

Publié le : 10/07/2018 08:33:04
Catégories : Santé

Traitement contre le staphylocoque doré

Nous savons tous combien les infections microbiennes sont de plus en plus difficiles à combattre. Les bactéries font de la résistance. Le staphylocoque doré fait partie des germes les plus fréquents chez l’homme. L’usage répété des antibiotiques depuis des générations a permis l’émergence de germes résistants à tous les antibiotiques connus. C’est ainsi que nombre d’infections deviennent chroniques, en particulier les rhino-sinusites à staphylocoque qui peuvent durer des mois, sans que l’on en vienne à bout.

Il existe même des souches ultrarésistantes que l’on rencontre souvent à l’hôpital et en particulier la tristement célèbre MRSA (Methicillin Resistant Staphylococcus Aureus) qui infectent les plaies après chirurgie. C’est ce germe fatal qui entraina la mort de Guillaume Depardieu, il y a quelques années, après que la gangrène ait gagné sa jambe. On estime à 10.000 le nombre de décès par an en France, à cause de la septicémie.

Cette bactérie ultra-résistante, jusqu’alors localisée dans les hôpitaux, se retrouve aujourd’hui dans les écoles, les gymnases et les piscines. L’OMS a envoyé des signaux d’urgence pour tenter de juguler le fléau du Staphylocoque doré résistant.

Mais pour encore mieux se protéger et proliférer à leur aise, les bactéries ont inventé un autre stratagème : elles s’entourent d’une sorte d’écran de protection que les microbiologistes dénomment des « biofilms ». Ces biofilms sont imperméables à l’action des antibiotiques. C’est ce qui se passe en particulier dans les rhino-sinusites chroniques.

Face au fléau du staphylocoque doré enrobé dans un biofilm, les chercheurs se tournent aujourd’hui vers un produit simple et sans danger, connu déjà dans l’antiquité pour ses propriétés antiinfectieuses (1). Il s’agit de l’argent en solution colloïdale.

Quelle est l'origine du mot "colloïde" ?

Le mot «colloïde" signifie que les particules d’argent ultrafines, à l’état pur, sont en suspension dans l’eau et ne se déposent pas au fond : on les désigne sous le terme de «nanoparticules ».

Etudes récentes

Des études récentes ont montré que le Staphylocoque doré, même le fameux MRSA, ne résistait pas à l’action de l’Argent Colloïdal (2). Le plus extraordinaire, c’est que l’Argent Colloïdal est capable de dissoudre les biofilms protecteurs et aller débusquer les bactéries au cœur de l’infection (3).

L’argent possède la caractéristique de se fixer sur la paroi des bactéries et de la détruire en inhibant certaines réactions enzymatiques. Peu de germes survivent après quelques minutes en présence d’argent colloïdal, c’est pourquoi les domaines d’utilisation sont très vastes.

Des études cliniques ont montré l’efficacité de l’Argent Colloïdal dans diverses infections cutanées. Il désinfecte les plaies et favorise la cicatrisation. C’est aussi un excellent désinfectant pour éviter les contaminations de toutes sortes, virales, bactériennes et fongiques.

Résultats du traitement

Mais, c’est dans le traitement des rhinopharyngites chroniques récalcitrantes que l’argent colloïdal prouve sa remarquable efficacité, à la fois pour son activité antiinfectieuse et pour sa capacité à dissoudre les biofilms. Dans une étude clinique australienne qui vient d’être publiée, les auteurs ont comparé l’efficacité d’un antibiotique oral et d’un rinçage des sinus avec une solution d’argent colloïdal dosée à 15ppm (4).

Les résultats ont été identiques dans les deux groupes après 10 jours de traitement, avec grande amélioration des symptômes et des comptages bactériens.

Il est à noter que l’utilisation d’Argent Colloïdal est très bien tolérée, sans effets secondaires et sans contre-indication. A l’époque où la résistance bactérienne constitue un vrai problème de santé publique, l’utilisation de l’argent colloïdal s’impose, surtout lorsqu’il permet d’éviter l’usage d’un antibiotique par voie générale.

Références bibliographiques

  • Antibacterial effect of silver nanoparticles on Staphylococcus aureus  - Res. Microbiol. 2011; 162(5): 542-9
  • Silver bionanoparticles and its antimicrobial activity against MRSA - Colloids Surf B Biointerfaces, 2010; 77(2): 214-8
  • Colloidal silver: a novel treatment for staphylococcus aureaus biofilms? - Int. Forum Allergy Rhinol. 2014; 4(3): 171-
  • Topical Colloidal Silver for the Treatment of Recalcitrant Chronic Rhinosinusitis - Front Microbiol. 2018 Apr 11; 9:720

         

Produits associés

Articles en relation

L'antibiotique d'avant les antibiotiques
L'antibiotique d'avant les antibiotiques