TRILOGIE NUTRITIONNELLE DE PROTECTION VIRALE

Publié le : 18/03/2020 15:36:38
Catégories : Santé

TRILOGIE NUTRITIONNELLE DE PROTECTION VIRALE

J’ai étudié, de façon approfondie, dans les publications scientifiques récentes, les bienfaits de trois produits naturels pour se protéger des infections virales. Je dois dire que je suis impressionné par les résultats de mes recherches qui ouvrent des perspectives que je ne soupçonnais pas !

 Dans la lutte contre une épidémie virale, il faut agir si possible sur trois fronts :

-       Une stimulation du système immunitaire afin de renforcer « le terrain » et aider l’organisme à lutter à l’aide de l’immunité naturelle. Cette action est réalisée de façon remarquable par une micro-algue bien connue : la Spiruline.

-       Une action directe sur le virus ou sa réplication afin de freiner ou de stopper sa diffusion dans l’organisme. In vitro et chez l’animal, contre toute attente, c’est un polyphénol extrait de la pulpe des fruits rouges et du raisin qui présente une forte action antivirale sur de nombreux type de virus : le Resvératrol.

-       Moduler la réponse immunitaire et le stress oxydatif afin d’éviter les fortes fièvres et les symptômes grippaux excessifs. Le pigment végétal très efface dans ce rôle n’est autre que le célèbre Curcuma. 

C’est donc la prise conjointe de ces trois compléments nutritionnels que nous vous recommandons, sous forme de cure prolongée, jusqu’à la fin de l’épidémie.

Vous trouverez ci-dessous la justification scientifique de ce conseil. 

Par ailleurs, ayez une alimentation équilibrée, riche en fruits et légumes, faites de l’exercice physique régulièrement et chaque jour prenez 2000 Unités Internationales de vitamine D.

 

1 - Renforcer le système immunitaire avec la Spiruline

Le système immunitaire comporte deux volets complémentaires : 

-        l’immunité innée que l’on possède naturellement 

-        l’immunité acquise que l’on se forge en étant en contact avec un agent infectieux.

Dans une étude in vitro, une équipe Coréenne a mise en évidence une nette stimulation de l’immunité innée avec la Spiruline sur des cellules cancéreuses, en augmentant le nombre de cellules NK (Natural Killer), chargées d’éliminer les corps étrangers (1).

Une expérimentation dans un élevage de poisson a montré que la Spiruline stimule l’Immunoglobuline M (IgM) qui est une réponse immunitaire primaire au niveau des mucus. Les expérimentateurs ont aussi observé une plus grande activité du Lysozyme qui est un antibactérien naturel (2).

C’est encore la réponse immunitaire primaire ( IgG = Immunoglobuline G capable de se fixer aux virus) qui est stimulée dans une étude dans laquelle la prise de Spiruline accompagne la vaccination tétanique chez la souris (3).

Une étude japonaise sur la souris montre que la prise de Spiruline « augmente la réponse immunitaire primaire en stimulant les macrophages, la phagocytose et la production d’Interleukine 1 » (4).

Ces résultats ont été confirmés chez l’homme, par des chercheurs d’Osaka, qui mettent en évidence une action de la Spiruline contre les cellules cancéreuses et les infections virales avec une action sur les cellules NK (Natural Killer) et les macrophages (5).

Des chercheurs Taïwanais ont montré, chez des souris, une action antivirale de la Spiruline vis-à-vis de nombreux virus de la grippe : « L’efficacité sur l’action antigrippale montre qu’un extrait de Spiruline inhibe la formation d’une plaque virale pour un vaste échantillon de virus de la grippe, y compris les souches résistantes à l’Oseltamivir. L’extrait de Spiruline agit à un stade précoce de l’infection et réduit la prolifération virale dans les cellules et améliore la survie des souris infestées. » (6) 

Une étude clinique convaincante a été réalisée sur un groupe de patients porteurs du virus du sida. La conclusion des auteurs est la suivante : « Une supplémentation journalière de Spiruline, combinée avec un régime alimentaire raisonnablement équilibré, augmente de façon significative le nombre de cellules CD4 et réduit la charge virale après 6 mois ». Précisons que les cellules CD4 sont les cellules immunitaires infestées par le virus HIV (7).

Signalons enfin qu’il existe une préparation américaine dénommée Immulina, à base d’un extrait de Spiruline, et dont l’indication principale est l’activation du système immunitaire inné. Immulina protège de la grippe des souris infestées avec le virus H1N1 (8). L’efficacité a été confirmée chez l’homme avec une augmentation moyenne de 40% des cellules immunitaires Natural Killers (9).

Conclusion :

La Supplémentation en Spiruline semble capable de stimuler le système immunitaire primaire et, en particulier, les macrophages et les cellules NK, première et immédiate ligne de défense contre une infection virale.

(1)   Enhancement of immune activation activities of Spirulina maxima

Int J Mol Sci. 2013; 14(6):12205-21

(2)   Effects of dietary Spirulina platensis on growth performance, humoral and mucosal immune responses and diseases resistance in juvenile great sturgeon

Fish Shellfish Immunol. 2016; 56:436-444

(3)   Effect of Spirulina supplementation on the immune response to tetanus toxoid vaccination in a mouse model

J Diet Suppl. 2013; 10(3): 229-40

(4)   Enhancement of antibody production in mice by dietary Spirulina platensis

J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo). 1994; 40(5): 431-41

(5)   Activation of the human innate system by Spirulina: augmentation of interferon production and NK cytotoxicity by oral administration of hot water extract of Spirulina platensis

Int Immunopharmacol. 2002; 2(4): 423-34

(6)   Well-tolerated Spirulina extract inhibits influenza virus replication and reduces virus-induced mortality

Sci Rep. 2016 Apr 12; 6:24253  doi: 10.1038/srep24253

(7)   Impact of daily supplementation of Spirulina platensis on the immune system of naïve HIV-1 patients in Cameroon: a 12 months single blind, randomized, multicenter trial

Nutr J. 2015; 14:70  doi: 10.1186/s12937-015-0058-4

(8)   Oral administration of a Spirulina extract enriched for Braun-Type lipoproteins protect mice against influenza A (H1N1) virus

Phytomedecine. 2015; 22(2): 271-6

(9)   Enhancement of natural killer cell activity in healthy subjects by Immulina, a spirulina extract enriched for Braun-type lipoproteins

Planta Med. 2010; 76(16): 1802-8

  

2 - Inhiber la réplication virale avec le Resvératrol 

Des études récentes ont mis en avant les remarquables propriétés antivirales du Resvératrol qui est un puissant cytotoxique, in vitro, vis-à-vis d’un très grand nombre de virus dont il bloque la réplication. 

On s’intéressera ici surtout à son activité antivirale, en particulier sur les virus de la grippe et les virus respiratoires. C’est ainsi qu’une équipe italienne a démontré l’efficacité du Resvératrol pour éradiquer le virus de la grippe A, in vitro et chez la souris (1).

Une équipe de l’Académie Médicale de Pékin a publié une étude démontrant que divers constituants du Resvératrol sont de puissants inhibiteurs du virus de la grippe H1N1 (2).

Néanmoins, le Resvératrol inhibe fortement la réplication in vitro d’un grand nombre de virus différents et non des moindres :

-       Le virus d’Epstein Barr responsable de la mononucléose infectieuse (3).

-       Le virus HIV responsable du Sida (4)

-       Le virus de l’herpès simplex (5)

-       Le polyomavirus (6)

-       Et même récemment de virus Zika (7) 

Diverses études sur l’animal sont venues confirmer les résultats de laboratoires. L’université Agricole de Zhengzhou, en Chine, a expérimenté le Resvératrol sur des élevages de poulet après la vaccination contre la maladie de Newcastle et la grippe aviaire : la réponse immunitaire a été multipliée par quatre (8).

Une autre étude chinoise a montré que la supplémentation en Resvératrol, chez des porcelets atteints par le virus de la pseudo-rage, diminuait fortement la mortalité et la charge virale et, d’autre part, réduisait la réponse inflammatoire (9).

Conclusion

L’ensemble de ces effets bénéfiques font du Resvératrol un complément nutritionnel de choix pour lutter contre les risques d’infection virale.  Il agit principalement en inhibant la réplication virale et il complète ainsi l’action de la spiruline qui stimule le système immunitaire primaire.

 

(1)   Inhibition of influenza A virus replication by Resveratrol

            J Infect. Dis. 2005; 191(10): 1719-29

(2)   In vitro antiviral effects and 3D QSAR study of Resveratrol derivatives as potent  inhibitor of influenza H1N1 neuraminidase

            Chem Biol Drug Des. 2015; 85(4): 427-38

(3)   Resveratrol inhibits Epstein Barr Virus lytic cycle in Burkitt’s lymphoma cells by 

            affecting multiple molecular targets

            Antiviral Res. 2012; 96(2): 196-202

(4)   Potent inhibition of HIV-1 replication in resting CD4 T cells by Resveratrol and Pterostilbene

            Antimicrob Agents Chemother. 2017; 61(9) pii:e00408-17

(5)   Resveratrol as a novel anti-Herpes simplex virus nutraceutical agent: an overview

            Viruses. 2018; 10(9). pii: E473 doi: 10.3390/v10090473

(6)   Resveratrol exhibits a strong cytotoxic activity in cultured cells and has an antiviral action against polyomavirus: a potential clinical use

            J Exp Clin Cancer Res. 2009; 28:96 doi : 10.1186/1756-9966-28-96

(7)   Resveratrol affects Zika virus replication in vitro

            Sci Rep. 2019; 9(1): 14336 doi: 10.1038/s41598-019-50674-3

(8)   Modulation of growth and immunity by dietary supplementation with resveratrol in young chickens receiving conventional vaccinations

            Am J Vet Res. 2014; 75(8) doi: 10.2460/ajvr.75.8.752

(9)    Antiviral effect of Resveratrol in Piglets infected with virulent Pseudorabies virus

            Viruses. 2018; 10(9)  doi: 10.3390:v10090457

 

3 - Moduler la réponse immunitaire avec le Curcuma 

Le Curcuma possède à la fois une activité immunostimulante qui favorise la lutte antivirale et une activité immuno-modulatrice qui régule la réponse immunitaire et évite une réaction inflammatoire trop violente.

Signalons tout d’abord que le Curcuma possède sa propre activité antivirale, in vitro, contre le virus de la grippe A et contre la grippe aviaire H5N1, hautement pathogène, avec libération de cytokines spécifiques (1) et (2). 

A la suite de ces premiers travaux, plusieurs équipes de chercheurs Chinois ont investigué les propriétés du Curcuma en tant que stimulant et régulateur immunitaire. Ces travaux ont donné lieu à diverses publications scientifiques récentes. 

Ainsi, dans un test sur cultures de tissus, un extrait de Curcuma stimule d’une part l’activité des macrophages avec libération d’oxyde nitrique et, d’autre part, favorise la réparation tissulaire avec augmentation de la durée de vie des cellules (3).

Une autre équipe conclut ses essais sur les virus respiratoires de la grippe par ces mots : « Nous avons trouvé qu’une infection au virus A de la grippe provoque une augmentation dramatique des cytokines pro-inflammatoires par les macrophages humains ou des cellules immunitaires de souris. Cependant, l’apport de curcumine après une infection grippale régule la production de cytokines, de façon proportionnelle à la dose administrée » (4).

Ces résultats ont été confirmés, in vitro et in vivo, par le département de Médecine Respiratoire de l’Hôpital Universitaire de Nanjing en Chine : « La Curcumine pouvait inhiber la réplication du virus influenza A in vitro et atténuer la sévérité de la maladie chez la souris après infection avec le virus A… La Curcumine pouvait réguler la réponse immunitaire après infection au virus influenza A en inhibant la production locale de cytokines pro-inflammatoires » (5).

L’ensemble des résultats qui précèdent ont été remarquablement confirmés dans la pneumonie virale avec l’influenza A, par une équipe chinoise en collaboration avec une Université Vétérinaire américaine : « Les résultats ont montré que la Curcumine pouvait directement inactiver le virus influenza A, bloquer son absorption et inhiber sa prolifération. En ce qui concerne le mécanisme sous-jacent, nous avons trouvé que la Curcumine pouvait inhiber le stress oxydatif… En outre, la Curcumine pouvait augmenter le taux de survie de façon significative et réduire l’inflammation pulmonaire » (6).

Conclusion générale

Le Curcuma complète remarquablement l’activité de la Spiruline et du Resvératrol, d’une part avec sa propre activité antivirale et d’autre part en régulant la réponse immunitaire afin d’éviter un stress oxydatif excessif au niveau pulmonaire.

Au vu des résultats que nous avons passé en revue, il semble difficile d’imaginer une meilleure protection naturelle antivirale. La Trilogie SpirulineResvératrol et Curcuma bénéficie d’une remarquable complémentarité, parfaitement bien tolérée et efficace. 

En outre, il ne faut pas oublier la somme considérable des autres bienfaits de ces trois compléments nutritionnels qui comptent parmi les meilleurs nutriments pour rester jeune et en bonne santé. On peut envisager pour ces trois produits des cures de longue durée afin d’en tirer le maximum de bénéfices.

  

(1)   Sesquiterpenoids from Curcuma with anti-influenza viral activities

Phytochemistry. 2013; 85: 122-8

(2)   Antiviral activity of five Asian medicinal plant crude extracts against highly pathogenic H5N1 avian influenza virus

Asian Pac J Trop Med. 2017

(3)   Effects of water extract of Curcuma longa roots on immunity and telomerase activity

J Complement Integr Med. 2017; 14(3)

(4)   Curcumin alleviates macrophage activation and lung inflammation induced by influenza virus infection through inhibiting the NF-kB signaling pathway

Influenza Other Respir Viruses. 2017; 11(5): 457-463

(5)   Curcumin ameliorates severe influenza pneumonia via attenuating lung injury and regulating macrophage cytokines production

Clin Exp Pharmacol Physiol. 2018; 45(1): 84-93

(6)   Inhibition of curcumin on influenza A virus infection and influenza pneumonia via oxidative stress

Int Immunopharmacol. 2018; 54: 177-187

 

 

 

 

 

 

Produits associés