THE MATCHA BIO

Publié le : 29/01/2020 16:50:17
Catégories : Santé

THE MATCHA BIO

De nombreuses études scientifiques ont démontré que la prise régulière de thé Matcha agit comme un protecteur métabolique vis-à-vis de nombreuses pathologies liées au vieillissement : il diminue le risque de diabète, de maladies cardiovasculaires, de cancer, de perte des fonctions mentales et aussi d’infections hivernales. C’est pourquoi, il est considéré comme la meilleure boisson antivieillissement.

Poudre de thé vert Matcha

Le Matcha désigne un Thé vert japonais bien particulier. Matcha signifie « thé finement broyé» ou «poudre de thé». Il s’agit donc d’un thé qui a été réduit en poudre très fine dans un moulin de pierre ou de céramique et qui est mélangé avec de l’eau chaude d’une manière très spécifique. Il peut encore être mélangé à d’autres ingrédients pour des recettes de cuisine (crème glacée, gâteau, smoothie, etc).

 Ce type de thé n’est pas seulement préparé d’une manière spéciale, il offre également des bienfaits exceptionnels pour la santé. La poudre de thé vert est perçue comme un met noble et raffiné, car très coûteux à la production. 

 Composition du Matcha

Fondamentalement, le Matcha possède les mêmes vertus pour l’organisme que le thé duquel il est issu, généralement le Tencha ou parfois le Gyokuro. Le Matcha offre des propriétés médicinales particulièrement puissantes car, contrairement à une infusion traditionnelle, l’intégralité de la feuille est ingérée avec tous les éléments nutritifs qu’elle renferme. Le Matcha provenant de Tencha offre un spectre de composition chimique identique au Sencha, avec beaucoup moins de tanins mais remarquablement riche en :

  •        Caféine et acides aminés, particulièrement la L-Théanine (c’est-à-dire de la caféine très assimilable par le corps)
  •        Catéchines, dont de l’ECGC, des antioxydants (le plus haut indice ORAC de tous les aliments connus)
  •        Chlorophylle
  •        Protéine
  •        Calcium
  •        Fer (10-17mg de fer pour 100g)
  •        Potassium
  •        Béta-carotène
  •        Vitamine A

Une dose d’1 à 1,5 cuillères à café de poudre verte correspond à la quantité de caféine disponible dans un café. Mais la caféine du Matcha est beaucoup plus saine car elle est liée à d’autres molécules qui complètent son effet et la rendent plus tolérable par le corps. Le Matcha peut donc particulièrement s’apprécier le matin au réveil comme «Expresso Santé». 

Le Matcha contient 137 fois plus d’antioxydants EGCG (catéchines) que les autres thés verts japonais. Une autre particularité est la grande quantité de bêta-carotène et la vitamine A, particulièrement importants pour les yeux mais aussi pour la peau, les muqueuses et le métabolisme. Avec 10-17 mg de fer pour 100g, en fonction de la qualité, le Matcha est un aliment qui a la plus haute teneur. Le caractère d’un matcha se prononce largement à travers son degré de qualité. Généralement, on le décrit comme ayant une saveur très raffinée légèrement astringente et amère avec une note de douceur et beaucoup de fraîcheur.

Par conséquent le thé vert Matcha possède toutes les propriétés bénéfiques du thé vert avec une action renforcée (1).

 1-   Antioxydant

 Le thé contient trois principales familles d’antioxydants : les catéchines, les théaflavines et les théarubigines. Il y aurait dans une tasse de thé vert jusqu’à 400 mg de polyphénols totaux. Grâce à ces composés, le thé est considéré comme la boisson à la plus forte activité antioxydante, deux tasses représentant l’équivalent de sept verres de jus d’orange [le sucre en moins !] ; le pouvoir antioxydant des extraits de thé vert est d’ailleurs quatre fois supérieur à celui de la vitamine C. La substance antioxydante la plus importante dans le thé vert est l’EGCG (épigallocatéchine-3-gallate), un polyphénol puissant de la famille des catéchines (2).

Les extraits de thé vert protègent l’organisme en se liant aux radicaux libres générés par les agents oxydants, notamment le fer, le peroxyde d’hydrogène, le radical superoxyde (3) et le paraquat, un herbicide bien connu. Cette action antioxydante permet au thé vert Matcha de posséder une remarquable action anti-inflammatoire qui en font une super-boisson antivieillissement.

 2-Thé vert et prévention du cancer

On a commencé à s’intéresser aux propriétés du thé vert à la suite d’études épidémiologiques montrant que les taux de cancer étaient moins élevés dans les régions où l’on consomme beaucoup de thé vert : Chine, Corée et Japon.

Des études nutritionnelles effectuées dans les régions du Japon où le thé vert est particulièrement populaire, ont révélé que l’incidence des cancers de l’estomac, du foie, du pancréas, du sein, du poumon, de l’œsophage et de la peau est plus faible chez les personnes qui consomment du thé vert.

Une étude de 2018 (4) détaille les différents mécanismes anticancéreux du thé vert, en particulier vis-à-vis des risques de cancer du poumon, qui diminuent de 45 % chez les fumeurs qui boivent du thé vert. 

Des études animales montrent que le thé vert réduit les risques de nombreux autres cancers :

  • cancer de la prostate (5);
  • cancer du foie (6);
  • cancer du sein (7);
  • cancer de l’endomètre (utérus) (8);
  • cancer des ovaires (9);
  • cancer de l’œsophage et de la bouche (10), etc.

Ce sont les effets sur les lignées des cellules cancéreuses du sein qui ont été les plus étudiés. Une étude in vitro a montré que le thé vert matcha inhibe la prolifération cellulaire et reprogramme le métabolisme des cellules cancéreuses en inhibant la voie de la glycolyse qui est la voie privilégiée de ces cellules. Cette même étude a également montre que le thé Matcha inhibe les signaux mTOR très impliqués dans la genèse du cancer (11).

Une autre étude a montré que la quercétine et l’épigallocatéchine gallate du thé vert Matcha ont un effet cytotoxique sur les lignées cancéreuses du sein, du même ordre que l’anticancéreux chimique tamoxifène. Cet effet est indépendant des récepteurs à œstrogène (12).

2- Améliore les fonctions cognitives et la mémoire 

 

Une étude (13) réalisée en 2016 auprès de 1 000 personnes vivant à Singapour montre que les consommateurs réguliers de thé vert de plus de 55 ans couraient 50 % moins de risques de voir décliner leurs fonctions cognitives que ceux qui en buvaient peu. Une autre étude menée par les professeurs Christoph Beglinger de l’Hôpital universitaire de Bâle et Stefan Borgwardt de la clinique universitaire psychiatrique de cette même ville, révèle ses effets positifs sur les performances cognitives et la mémoire au travail (14)

Le thé vert améliore l’éveil, la concentration et la mémoire (15) : les moines bouddhistes l’utilisent pour rester éveillés durant leurs méditations. Pourquoi les étudiants qui révisent leurs examens ne feraient-ils pas de même ?

Plus récemment, une étude Japonaise sur l’animal et sur l’homme a démontré une forte action antistress du thé Matcha grâce à sa forte teneur en théanine par rapport à un groupe placebo (16).

Les effets psychoactifs de la théanine, présente en grande quantité dans le thé Matcha, ont été une nouvelle fois démontrés dans une étude clinique portant sur 49 patients. Les performances cognitives à long terme sont améliorées, l’attention, la mémoire ainsi que la vivacité et la clarté mentales. Dans le même temps il fut noté un effet relaxant (17).

4- Prévention pour les maladies cardiovasculaires 

Les agents qui inhibent l’agrégation des plaquettes sanguines réduisent aussi les risques de maladies cardiaques. Ainsi, le thé vert inhibe l’agrégation des plaquettes de manière semblable à l’aspirine, mais contrairement à ce dernier, il inhibe aussi le facteur d’activation des plaquettes (PAF), qui est à l’origine des accidents cardiovasculaires aigus. L’action inhibitrice du thé vert sur le PAF est semblable à celle du Ginkgo biloba, et suggère que le thé vert intervient dans plusieurs phases de l’agrégation anormale des plaquettes sanguines.

Des études de laboratoire ont montré que le thé vert abaisse le taux de cholestérol, en réduisant l’absorption du cholestérol alimentaire et en favorisant son excrétion fécale. Ces effets sont semblables à ceux des résines que l’on utilisait jadis en thérapeutique et qui furent abandonnées du fait d’effets secondaires intestinaux que n’a pas le thé vert. Les effets protecteurs de cette plante sont d’autant plus appréciables qu’elle diminue également l’oxydation du cholestérol. Or, c’est cette oxydation, et en particulier une fraction du cholestérol que l’on nomme LDL qui, beaucoup plus que le taux de cholestérol total, est à l’origine des accidents cardiovasculaires.

Le thé vert diminue également l’absorption des graisses dans l’estomac et dans l’intestin. Il inhibe l’activité des lipases qui interviennent dans le métabolisme des triglycérides, des graisses que l’on trouve principalement dans les produits animaux, produits laitiers et l’huile végétale. Nous savons que ces graisses jouent un rôle important dans le risque cardiovasculaire.

Il a ainsi été montré que chez des souris, nourries avec un régime très riche en graisse, un apport d’un extrait aqueux de thé Matcha permet de diminuer de façon significative le taux de cholestérol total et de triglycérides. Dans le même temps, le taux de HDL fut augmenté tandis-que celui des LDL (mauvais cholestérol oxydé) fut diminué. Par ailleurs l’activité anti-stress oxydatif du thé Matcha fut confirmée (18). 

Le thé vert peut aussi abaisser la tension artérielle en modulant le métabolisme de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) (19).  Les inhibiteurs de l’ECA constituent l’une des classes de médicaments utilisée pour combattre l’hypertension artérielle. De fait, une consommation régulière de thé vert pendant au moins trois semaines tend à faire baisser la tension artérielle (20).

Une équipe de scientifiques chinois vient de publier une vaste étude qui démontre que boire du thé vert plusieurs fois par semaine augmente les chances de vivre plus longtemps et en meilleure santé. Les chercheurs ont estimé que les quinquagénaires amateurs de thé développeraient en moyenne un accident cardiovasculaire ou une maladie coronarienne 1,41 an plus tard et qu’ils vivraient 1,26 année de plus que ceux qui ne buvaient pas ou peu de thé (21).

5- Le thé vert fait diminuer votre glycémie 

Les études sur l’espérance de vie montrent une relation directe entre l’augmentation constante de la glycémie (le taux de sucre dans le sang), l’accélération du vieillissement et l’aggravation des risques de maladies cardiovasculaires.

Il a été prouvé que le régime hypocalorique (qui augmente l’espérance de vie chez les animaux) diminue le taux de sucre dans le sang. Or, le thé vert a les mêmes effets sur la glycémie. Il la réduit en inhibant l’amylase, une enzyme sécrétée par le pancréas qui nous permet de transformer l’amidon (22) en sucre. 

Il permet également de mieux réguler son poids (23) L’origine de cette propriété pourrait être en partie liée au mécanisme de régulation du taux de sucre sanguin (24) ou à l’activité anti-inflammatoire (25). Une étude de métabolisme de l’effort a montré que le thé vert Matcha augmente l’oxydation des lipides, c’est-à-dire favorise leur élimination (26).

Depuis une vingtaine d’années, plus de quarante études ont porté sur l’intérêt du thé vert concernant l’activation du métabolisme et donc la perte de poids. N’allons cependant pas croire qu’il suffirait de boire trois tasses de thé vert par jour pour maigrir… Tout est question d’équilibre alimentaire, mais le thé vert peut contribuer à cet équilibre avec bien d’autres facteurs, notamment le régime méditerranéen et la consommation de nombreux fruits et légumes de saison, ainsi que des oléagineux (amandes, noix, etc.) et de bons acides gras comme l’huile d’olive et de colza.

6- Les effets anti-infectieux du thé vert

Si vous buvez du thé vert après les repas, cela contribue à réduire vos risques d’empoisonnement alimentaire d’origine bactérienne, de carie dentaire et de gingivite. Au Japon, et dans bien d’autres pays d’Orient et du Moyen-Orient, on a l’habitude de boire du thé vert après chaque repas pour se rafraîchir la bouche.

Des études scientifiques ont révélé que le thé vert présente de puissants effets antimicrobiens, notamment sur les bactéries de la bouche (27) incriminées dans la carie dentaire et suspectées d’augmenter le risque de maladies cardiovasculaires ou cérébrales (Alzheimer). Il existe de nombreux brevets sur l’utilisation d’extraits de thé vert comme agent antitartre dans les dentifrices et les bains de bouche (28).

Le thé vert a également des effets antiviraux – que l’on néglige à tort – en cas d’épidémies :

  • de gastroentérites ;
  • d’infections hivernales, comme les rhumes et rhinopharyngites dus essentiellement à des virus ;
  • de grippe.

Les médecins orientaux conseillent ainsi le thé vert comme traitement des rhumes et des grippes. Des études visant à mesurer l’activité antivirale du thé vert révèlent que, même à des concentrations très faibles, celui-ci a un fort effet inhibiteur sur le virus de l’influenza (grippe). Certains traitements préventifs et curatifs l’utilisent d’ailleurs contre ce virus (29).

 Bibliographie

(1)   the powdering process with a set of ceramic mills for green tea promoted catechin extraction and ROS inhibition effect

Molecules. 2016; 21(4) :474

(2)  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18197822

(3) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17235729s

(4) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29429153

(5) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28353571

(6) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28095030

(7) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30513889

(8) Case-control study of green tea consumption and the risk of endometrial endometrioid adenocarcinoma. Cancer Causes Control 2009; 20(5):617-624 ; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19067194

(9) Tea consumption and ovarian cancer risk in a population-based cohort. Arch Intern Med 2005;165:2683-6 ; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16344429
– Zhang M, Binns CW, Lee AH. 

Tea consumption and ovarian cancer risk: a case-control study in China. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev  2002;11:7138 ; https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12163323

(10) Intervention and follow-up on human esophageal precancerous lesions in Henan, northern China, a high-incidence area for esophageal cancer; Gan To Kagaku Ryoho. 2002 Feb;29 Suppl 1:159-72.

(11) Matcha green tea inhibits the propagation of cancer stem cells, by targeting mitochondrial metabolism, glycolysis and multiple signaling pathway

Aging 2018;10(8): 1867-1883

(12) Effects of green tea, Matcha tea and their components epigallocatechin gallate and quercetin on MCF-7 and MDA-MB-231 breast carcinoma cells.

Oncol Rep. 2019; 41(1):387-396

 (13) https://link.springer.com/article/10.1007%2Fs00213-014-3526-1 et https://www.sciencedaily.com/releases/2014/04/140407101545.htm

(14) https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/mnfr.201200035

(15)  Green tea extract enhances parieto-frontal connectivity during working memoryPsychopharmacology, October 2014.

(16) Stress-reducing function of Matcha green tea in animal experiments and clinical trials

Nutrients. 2018; 10(10)

(17) Effect of green tea phytochemical on mood and cognition

Curr Pharm Des, 2017; 23(19): 2876-2905

(18) The effects of the aqueous extract and residue of Matcha on the antioxidant status and lipid and glucose levels in mice fed a high-fat diet

Food Funct. 2016; 7(1): 294-300

(19) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28544013

(20) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18848434

(21) https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/maladies-cardiovasculaires-vert-fontaine-jouvence-coeur-79101/

(22) https://alimentation.ooreka.fr/astuce/voir/629981/amidon

(23) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29415825

(24) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25074392

(25) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28627214

(26) Matcha green tea drinks enhance fat oxidation during brisk walking in female

Int J Sport Nutr Exerc Metab. 2018 ; 28(5) : 536-541

 (27) https://www.lettre-docteur-rueff.fr/parasites-menacent-bouche-vie/

(28) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28512537

(29) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28902408

 

 

 

 

Produits associés