LES PROBIOTIQUES, AMIS DE VOS INTESTINS

Publié le : 28/08/2019 15:00:16
Catégories : Santé

LES PROBIOTIQUES, AMIS DE VOS INTESTINS

Vous avez tous entendu parler des probiotiques, ces milliards de bactéries amies qui vivent dans nos intestins, en symbiose avec notre métabolisme, et qui sont extrêmement bénéfiques pour notre santé. On les désigne sous le terme de « microbiote ».

De nombreux facteurs peuvent perturber cette flore intestinale qui assure, entre autres, une bonne digestion et la bonne hygiène de nos intestins. Le stress chronique, certains aliments, la prise de médicaments et d’antibiotiques altèrent cet équilibre pourtant essentiel pour notre santé.

Les premiers effets d’un dysfonctionnement de cette flore probiotique se portent naturellement sur nos intestins : cela commence par des gaz, des flatulences, par l’alternance de constipation et de diarrhée, des digestions difficiles, etc. Mais ce n’est pas tout…

En effet, la flore intestinale constitue une protection de la muqueuse intestinale. Par conséquent, un déséquilibre prolongé de la flore probiotique conduit à une inflammation de la muqueuse qui génère ce que l’on appelle, d’une part, le syndrome du côlon-irritable et, d’autre part, la maladie cœliaque. 

Cette inflammation chronique rend la paroi digestive poreuse et permet la pénétration dans la circulation générale de molécules étrangères qui génèrent à leur tour des réactions allergiques et immunitaires dont nous parlons dans un autre article séparé.

Pour toutes ces raisons un apport de probiotiques, en particulier Lactobacillus et Bifidobacterium, est souvent essentiel pour lutter contre les troubles digestifs (1).

Constipation et diarrhée

De nombreux facteurs influencent la motilité intestinale et en particulier des facteurs alimentaires et nerveux. Néanmoins, la flore intestinale joue aussi un rôle prépondérant par des mécanismes de fermentation et des facteurs métaboliques. D’ailleurs la constipation chroniqueest accompagnée d’une baisse importante du nombre et de la diversité des bactéries intestinales ainsi qu’une diminution du processus de fermentation (2).

Une publication récente du King’s College de Londres insiste sur la nécessité de mieux informer le public sur l’importance d’un apport de probiotiques pour lutter contre la constipation chronique et ainsi améliorer la qualité de vie. Dans cet article médical les auteurs regrettent que les praticiens de santé ne prescrivent pas davantage des probiotiques dans cette indication (3).

La prise d’antibiotiques détruit aussi la flore intestinale ce qui permet à des bactéries nocives de s’installer, en particulier le germe Clostridium difficilequi provoque des diarrhées, aussi bien chez l’enfant que chez l’adulte.

Un travail universitaire américain a analysé les résultats de 31 études cliniques randomisées portant sur un total de 8672 patients, adultes ou enfants, traités avec des antibiotiques. L’étude confirme les résultats d’un rapport plus ancien (4), à savoir qu’un apport de probiotiques permet le plus souvent d’éviter la diarrhée à clostridium (5).

Le côlon irritable

Les troubles intestinaux chroniques sont extrêmement fréquents et sont provoqués par divers facteurs dont, entre autres : stress, flore intestinale perturbée, alimentation trop riche en fibres, etc. Cela provoque une abondance de gaz et de flatulences désagréables avec parfois des douleurs intestinales et des selles molles. Ceci est le signe d’une inflammation du tube digestif.

Une équipe de chercheurs de la faculté de pharmacie de Téhéran a effectué l’analyse de 15 études cliniques différentes réalisées en double-aveugle contre placebo avec un total de 1793 patients. Il en ressort un net effet bénéfique des probiotiques sur la douleur et la sévérité des symptômes du côlon irritable (6).

Le département de nutrition du King’s College de Londres confirme l’importance d’un apport de probiotiques pour lutter efficacement contre le syndrome du côlon irritable. Les auteurs signalent que le rôle des bifidobactéries semblent primordial, d’autant que c’est ce type de flore qui est le plus affecté chez les patients qui se plaignent d’inflammation digestive. Ils recommandent en outre de diminuer l’apport de fibres alimentaires (7).

Plus récemment encore, le groupement des gastroentérologues des pays asiatiques a publié ses recommandations pour lutter efficacement contre le syndrome du colon irritable. Ils préconisent d’une part un apport de probiotiques et, d’autre part, une diminution de l’apport alimentaire de polyols et de fibres diététiques fermentables (8).

 La maladie céliaque

C’est une réaction immunitaire intestinale, provoquée par le gluten alimentaire présent dans les céréales. Il s’agit d’une susceptibilité génétique qui induit une inflammation de la muqueuse digestive, accompagnée par une atteinte de la flore intestinale. Cela conduit finalement à une porosité excessive de l’épithélium intestinal qui engendre une réaction immunitaire générale.

Ce sont les lactobacilles et Bifidobactéries qui sont les plus perturbés dans le microbiote de la maladie céliaque. Il a été bien démontré qu’un apport de probiotiques qui contient ces deux souches permet de dégrader le gluten et de protéger la muqueuse intestinale (9

Une équipe italienne a confirmé l’importance de la flore intestinale dans le développement de la maladie céliaque et la nécessité d’un apport de probiotiques et, en particulier, de bifidobactéries, pour rétablir l’équilibre (10).

Enfin, il me parait intéressant de mentionner les résultats d’une étude réalisée par les chercheurs de l’INSERM de Lille. Ils ont démontré que Lactobacillus acidophilus apaise les douleurs intestinales en stimulant les récepteurs intestinaux aux opioïdes et cannabinoïdes. Il s’agit donc bien d’une action analgésique naturelle (11).

En conclusion

L’ensemble de ces résultats apportent la preuve de l’intérêt d’un apport de probiotiques pour renforcer la flore intestinale et l’hygiène digestive, gage de bonne santé.

La prise de plusieurs souches de probiotiques, en particulier Lactobacillus et Bifidobacterium, semble très bénéfique dans l’ensemble des troubles digestifs : constipation, diarrhées, flatulences, intestin irritable, intolérance au gluten, douleurs intestinales.

Bibliographie

(1)   – Probiotics in digestive diseases

Minerva Gastroenterol Dietol. 2015; 61(4): 273-92

(2)   – Mechanisms of action of probiotics and then gastrointestinal microbiota on gut motility and constipation

Adv. Nutr. 2017; 8(3): 484-494

(3)   Probiotics and constipation: mechanism of action, evidence for effectiveness and utilization by patients and healthcare professionals

Proc Nutr Soc. 2019; July 2: 1-11

(4)   Probiotics for the prevention and treatment of antibiotic-associated diarrhea: a systemic review and meta-analysis

JAMA. 2012; 907(18):1959-69

(5)   Probiotics for the prevention of Clostridium difficile-associated diarrhea in adults and children

Cochrane Database Syst Rev. 2017 Dec 19 :CD006095

(6)   Effectiveness of probiotics in irritable bowel syndrome: updated systemic review with meta-analysis.

World J Gastroenterol. 2015; 21(10): 3072-84

(7)   Altered gastrointestinal microbiota in irritable bowel syndrome and its modification by diet: probiotics, prebiotic and the low FODMAP diet

Proc Nutr Soc. 2016; 75(3): 306-18

(8)   Second Asian Consensus on irritable bowel syndrome

J Neurogastroenterolog Motil. 2019; 25(3): 343-362

(9)   Intestinal Microbiota and Probiotics in celiac disease

Clin Microbiol Rev. 2014; 27(3): 482-9

 (10)       Probiotics in celiac disease

Nutrients. 2018; 10(12). Pii:E1824. doi: 10.3390/nu10121824

(11)       Lactobacillus acidophilus modulates intestinal pain and induces opioid and cannabinoid receptors

Nat Med. 2007; 13(1): 35-7

 

 

 

Produits associés