Comment éviter l’allergie printanière ?

Publié le : 20/03/2019 18:52:04
Catégories : Santé

Comment éviter l’allergie printanière ?

Nous sommes de plus en plus nombreux à être allergiques. Plus de 34% de la population est allergique à quelque chose, ils n’étaient que de 2 à 3% en 1970 ! Il est prévu qu’en 2050 la moitié de la population sera allergique. Notre système immunitaire s’emballe au moindre prétexte, même s’il s’agit d’une fausse alerte, provoquée par de simples grains de pollen qui, normalement, ne devraient pas le faire réagir.

Vous êtes nombreux à connaitre les symptômes de ces allergies saisonnières qui, chaque printemps nous brûlent les yeux, irritent notre nez et nous prend à la gorge. Un tiers des adultes soufrent de rhinite allergique (1).

Mécanisme d’action de l’allergie

Votre corps combat tout ennemi extérieur (microbes, virus, bactéries) avec son arme la plus puissante : le système immunitaire. Quand cette « arme » considère que la substance (allergène) que vous avez mangée, touchée, bue ou respirée est un grave ennemi, elle réagit de façon excessive en produisant un type particulier d’anticorps pour la combattre ou la rejeter, soit les IgE (Immunoglobulines E). Il en résulte alors une allergie.

Les immunoglobulines IgE sont associées aux maladies atopiques, notamment les rhinites allergiques, l'asthme et les dermatites atopiques mais sont également impliquées dans les mécanismes de défense immunitaire face aux infections parasitaires.

Les patients qui souffrent de conditions atopiques, comme l'asthme, la rhinite allergique ou la dermatite atopique ont dans leur sérum des niveaux élevés en IgE totaux, ainsi qu'en IgE spécifiques pour les antigènes responsables de ces maladies. En effet, lors de leur premier contact avec un allergène, sont produits des IgE spécifiques à l'allergène (pollen, protéines alimentaires, acariens...) grâce à l'activation de lymphocytes (globules blancs).

C’est ainsi que le pollen que vous respirez va stimuler des cellules immunitaires dénommées mastocytes sur lesquels sont fixés les IgE. Les mastocytes sont principalement situés dans les muqueuses du nez, des poumons et de l’intestin, ils vont alors libérer l’histamine qui va déclencher un processus inflammatoire qui peut être violent : c’est la rhinite allergique que vous êtes nombreux à bien connaitre, chaque printemps !... Le nez qui coule, les yeux qui pleurent…

Comment éviter l’allergie printanière ?

Vous pouvez tenter de juguler la phase aigüe de la Rhinite avec un antihistaminique qui a le fâcheux inconvénient de provoquer une forte somnolence. Mais il n’existe aucun médicament qui permette de prévenir cette allergie.

Toutefois, il existe des produits naturels qui agissent préventivement grâce à une action physiologique de rééquilibrage métabolique. J’ai répertorié deux superfoods très efficaces dont je vais vous parler :

  • LA SPIRULINE qui contient des molécules naturelles antiinflammatoires et protectrices très puissantes, telle la phycocyanine.
  • LES PROBIOTIQUES qui régénèrent la flore intestinale et agissent globalement sur l’ensemble du métabolisme et, en particulier, sur toutes les muqueuses.

L’action conjuguée de ces deux produits naturels donnent d’excellents résultats pour combattre toute sorte d’allergies, dont les rhinites printanières si désagréables. Mais il faut s’y prendre à temps et anticiper les effets néfastes des pollens !

Preuves de l'efficacité de la Spiruline

Dans un texte précédent nous avons déjà signalé l’action antiallergique de la Spiruline qui diminue la libération d’histamine par les mastocytes (2). Des chercheurs ont montré ultérieurement que cette action anti inflammatoire et anti allergique est due à la présence de phycocyanine, pigment spécifique présent en grand quantité dans la spiruline (3).

Ces premiers résultats très prometteurs, obtenus sur l’animal, ont incité les chercheurs à réaliser des essais sur les humains dans des cas de rhinite allergique pour lesquelles il existe peu de médications convaincantes : les antihistaminiques et les corticostéroïdes n’étant pas sans effets secondaires gênants.

Une première équipe a réalisé une étude clinique en double aveugle contre placebo chez des patients atteints de rhinite allergique et qui ont pris 1g ou 2g de spiruline pendant 12 semaines en tant que complément nutritionnel, ce qui constitue des doses faibles. La dose de 2g par jour a permis de diminuer de 32% le taux de certaines cytokines impliquées dans le processus allergique et en particulier l’interleukine 4 (IL-4). (4)

Ces résultats furent confirmés par une nouvelle étude clinique réalisée par une équipe californienne, contre placebo, dans laquelle les patients ayant consommé de la Spiruline ont vu leurs différents symptômes s’améliorer de façon statistiquement significative : écoulement nasal, éternuements, congestion nasale et démangeaisons (5).

Pour mieux comprendre le mécanisme d’action de l’effet anti-inflammatoire et anti-allergique de la spiruline, une équipe espagnole a collaboré avec une équipe allemande dans une étude in vitro. Ils ont montré qu’un extrait de spiruline inhibait non seulement la production d’histamine mais aussi de certaines cytokines (IL4), de leucotriène et d’immunoglobuline (IgE) (6). Ceci démontre que la spiruline agit à plusieurs niveaux du processus inflammatoire et allergique.

 On peut conclure que la spiruline, qui a démontré par ailleurs son action stimulante de l’immunité innée (7), est aussi un excellent anti-inflammatoire et anti-allergique. Cette caractéristique, qui range la Spiruline dans la catégorie des immuno-modulateurs, est mise à profit avec succès dans le traitement nutritionnel de la rhinite allergique.

Preuves de l'efficacité des Probiotiques

La très grande efficacité des probiotiques sur le phénomène allergique est très bien documentée avec de très nombreuses études réalisées sur l’animal et chez l’homme. En particulier, plusieurs études ont démontré le rôle préventif des probiotiques vis-à-vis des allergies de l’enfant, dermatites, asthme, eczéma et allergies alimentaires (8) et (9).

Chez l’adulte, l’efficacité des probiotiques sur plusieurs types d’allergies a été amplement étudiée, dans la dermatite atopique (10) et dans les allergies alimentaires (11). Les probiotiques apparaissent, comme la spiruline, d’excellents immuno-modulateurs (12).

De façon plus spécifique, deux publications récentes sont venues confirmer l’efficacité d’une supplémentation avec des probiotiques dans la rhinite allergique. Une première étude clinique contrôlée fut réalisée sur 40 participants qui consommèrent un mélange de diverses souches de probiotiques deux fois par jour pendant 8 semaines. 63% d’entre eux firent état, dans un questionnaire validé (Rhinoconjunctivis quality of Life Questionnaire, sur une échelle de 0 = sans symptôme à 6 = symptômes extrêmes), d’une nette amélioration clinique, statistiquement significative, sur les symptômes de la rhinite allergique. Le score est passé de 2,83 à 1,6. Dans le même temps, les participants eurent beaucoup moins besoin d’avoir recours aux médications antihistaminiques classiques (13).

Une autre étude a porté sur 152 sujets, d’un âge moyen de 30 ans, atteints de rhinite allergique persistante. Il fut administré à la moitié du groupe, à la fois un glucocorticoïde et des probiotiques durant 8 semaines. L’autre moitié prit dans le même temps un placebo et des probiotiques. A la fin de l’étude les expérimentateurs remplirent un questionnaire sur la qualité de vie et la santé (Short form 36-Item health survey score) et établirent deux séries de tests plus spécifiques sur les symptômes rhinopharyngés (Sinonasal Outcome Test-22) et la rhinite allergique (Control of Allergic Rhinitis and Asthma Test).

Après 8 semaines, il y eut 8 semaines de latence et les 2 groupes furent intervertis et reçurent à nouveau 8 semaines de traitement afin de confirmer les résultats de la première période (crossover).

Les résultats obtenus à la fin des deux périodes mettent en évidence une nette amélioration pour les trois tests étudiés dans le groupe probiotique par rapport au groupe placebo, malgré la prise de glucocorticoïdes (14).

Enfin, il faut mentionner une autre étude clinique en double aveugle contre placebo réalisée sur 173 patients d’un âge moyen de 27 ans qui reçurent un mélange de probiotiques (2 gélules par jour) ou un placebo durant 8 semaines. Ils furent soumis au même questionnaire spécifique portant sur la qualité de vie avant et après traitement (Rhinoconjunctivitis Quality of Life Questionnaire). Le groupe traité avec les probiotiques firent état d’une amélioration statistiquement significative par rapport au groupe témoin (15).

Conclusions

Aux vues de ce qui précède, il est légitime de conseiller la prise simultanée de Spiruline Bio et de Probiotiques pour lutter contre la rhinite allergique saisonnière mais aussi dans tous les types d’allergie respiratoires ou cutanées.

L’action conjuguée de ces deux produits naturels et nutritionnels se renforce mutuellement, elle agit préventivement et curativement. Son action est physiologique et rétablit un équilibre métabolique et immunologique. Il faut envisager des cures assez longues de 2 à 3 mois pour obtenir une efficacité optimum.

La prise de Spiruline et de probiotique est parfaitement tolérée, elle n’entraine aucun désagrément et peut être associée à n’importe quelle médication prescrite par un médecin.

Bibliographie

 (1)  « Un tiers des adultes ont une rhinite allergique en France » (enquête INSTANT). Presse Med. 2009 Sep;38(9):1220-9. Epub 2009 Jul 31.

(2) Inhibitory effect of mast cell-mediated immediate-type allergic reactions in rats by spirulina.

Biochem Pharmacol. 1998; 55(7): 1071-6

(3) Role of histamine in the inhibitory effects of phycocyanin in experimental models of allergic inflammatory response.

Mediators inflamm. 2002; 11(2): 81-5

(4) Effects of a spirulina-based dietary supplement on cytokine production from allergic rhinitis patients.

J.Med. Food, 2005; 8(1): 27-30

(5) The effects of spirulina on allergic rhinitis

Eur Arch. Otorhinolaryngol. 2008; 265(10): 1219-23

(6) Immunomodulatory and inhibitory effect of Immulina in the IgE mediated activation of RBL-2H3 cells. A new role in allergic inflammatory responses.

Plant, 2018; 7(1)

(7) Activation of the innate immune system by spirulina: augmentation of interferon production and NK cytotoxicity by oral administration of hot water extract of spirulina platensis.

Int. immunopharmacol. 2002; 2(4): 423-34

(8) The role of probiotics in preventing allergic disease

Children, 2019 Feb 5;6(2)

(9)   Probiotics in late infancy reduce the incidence of eczema: a randomized controlled trial.

Pediatr Allergy Immunol. 2019 Feb 21.doi: 10.1111/pai.13018

(10) Use of probiotics in atopic dermatitis

Rev Assoc Med Bras. 2018; 64(11):997-1001

(11) Microbiota and food allergy

Clin Rev Allergy Immunol. 2018 doi: 10.1007/s12016-018-8723-y

(12) Probiotics as a potential immunomodulating pharmacobiotics in allergic diseases: current status and future prospects

Allergy Asthma Immunol Res. 2018; 10(6):575-590

(13) A specifically designed multispecies probiotic supplement relieves seasonal allergic rhinitis symptoms

J Altern Complement Med, 2018; 24(8):833-840

(14) Add-on probiotics in patients with persistent allergic rhinitis: a randomized crossover clinical trial

Laryngoscope. 2019 Feb 22. doi: 10.1002/lary.27858

(15) Probiotics improve rhinoconjunctivitis-specific quality of life in individuals with seasonal allergies: a double-blind, placebo-controlled, randomized trial

Am J Clin Nutr. 2017; 105(3): 758-767

Articles en relation

La spiruline efficace lors de rhinite
La spiruline efficace lors de rhinite
Rester jeune grâce à la Spiruline
Rester jeune grâce à la Spiruline
Protéger sa flore intestinale
Protéger sa flore intestinale