L'INTOLERANCE AU GLUTEN

Publié le : 02/09/2019 11:13:28
Catégories : Ecologie , Santé

L'INTOLERANCE AU GLUTEN

La prévalence de l’intolérance au gluten semble de plus en plus répandue en Occident. Il se peut que cette augmentation soit due à l’intérêt plus fort porté à ce nouveau symptôme. Il semble aussi que les farines issues de céréales modernes, hybrides et à haut rendement, soient en partie responsable de cette nouvelle pathologie.

Le gluten désigne un groupe de protéines présentes dans les céréales : la gliadine dans le blé, l’hordéine dans l’orge et la sécaline dans le seigle. Certains individus ont une prédisposition génétique qui les rend sensibles au gluten. Ce dernier se fixe sur des récepteurs intestinaux, spécifiques à ces individus, ce qui a pour effet de déclencher une réaction immunitaire de rejet. En outre, ces patients sensibles au gluten ne disposent pas des protéases capables de dégrader le gluten.

Une cascade inflammatoire

La conséquence de cette sensibilité se traduit par une intolérance au gluten exacerbée et conduit finalement au déclenchement d’une véritable maladie auto-immune dénommée « maladie céliaque » : On assiste tout d’abord à la libération de cytokines pro-inflammatoires telles que l’interféron gamma (IFN-gamma) et tumor necrosis factor(TNF-alpha).

Ce processus étant enclenché, il s’en suit une attaque de la muqueuse intestinale avec atrophie des villosités et une dislocation de l’épithélium. Cette action a pour effet d’augmenter la perméabilité intestinale et de permettre le passage dans la circulation générale de grosses molécules. Dans le même temps, la flore intestinale est perturbée et l’ensemble de ce processus morbide déclenche une cascade de réactions immunitaires spécifiques de la maladie céliaque. Celle-ci devient chronique et peut conduire à des lésions graves de la paroi intestinale, avec saignerments.

Le seul traitement disponible consistait jusqu’à présent à la suppression du gluten dans l’alimentation, c’est-à-dire à la suppression des principales céréales qui constituent la base de la nutrition occidentale.

Intolérance au gluten et flore intestinale

On sait que notre microbiome, c’est-à-dire les bactéries amies qui vivent en symbiose dans notre intestin, constitue un environnement complexe, vivant et dynamique, qui nous protège de l’invasion par des germes pathogènes (1).

Deux études scientifiques relativement récentes ont mis en évidence un lien entre la maladie céliaque et une perturbation de la flore intestinale, chez l’enfant (2) et chez l’adulte (3). Ce déséquilibre dans la flore semble marqué par une abondance de germes gram-négatifs et de mycobactéries et par une baisse drastique du nombre de bifidobacteries (4). C’est ainsi qu’une étude a montré que la muqueuse d’enfants sains contient 4 fois plus de Bifidobactéries que chez des enfants atteints de saignements rectaux.

Plusieurs études ont confirmé qu’un niveau faible de lactobacilles et de Bifidobactéries apparait comme une constante dans la maladie céliaque ce qui suggère une action bénéfique d’un apport de probiotique dans cette pathologie.

Les Probiotiques dans l’intolérance au gluten

L’observation d’un régime alimentaire strict, sans gluten, n’est pas toujours facile à mettre en œuvre et à appliquer sur la durée. Or, les études que nous venons de mentionner suggèrent que la flore intestinale joue un rôle déterminant dans la maladie céliaque. Les effets bénéfiques des probiotiques sur la santé intestinale sont variés : inhibition des germes pathogènes, blocage des récepteurs de la muqueuse, dégradation des toxines et régulation de l’immunité (5). 

Il faut ajouter à cela une hydrolyse du gluten par certaines souches de germes. C’est un mélange de plusieurs souches bactériennes qui, à cet égard, donne les meilleurs résultats : Bifidobacterium breve, B.longum, B. infantis, Lactobacillus plantarum, L. acidophilus L. casei, L. bulgaricus et Streptococcus thermophilus(6). Il a par ailleurs été démontré qu’une seule souche bactérienne n’est pas capable de dégrader la gliadine.

D’autre part, une action anti-inflammatoire et immunomodulatrice sur la muqueuse intestinale fut mise en évidence avec un mélange de Lactobacillum et de Bifidobacterium, avec baisse de l’interféron-gamma et du tumor necrosis factor-alpha(4)

Il a fallu attendre ces dernières années pour que la communauté scientifique soit convaincue des effets bénéfiques des probiotiques chez les intolérants au gluten souffrant de la maladie céliaque. La première étude clinique en double aveugle contre placebo n’a été publiée qu’en 2019 et concerne des enfants : Il fut démontré qu’un apport de deux lactobacilles (plantarum et casei) avait une action modulatrice sur l’activité immunitaire exacerbée chez de jeunes patients atteints de la maladie céliaque (7).

Le curcuma dans l’inflammation du tube digestif

Nous avons vu que l’inflammation de la muqueuse intestinale la rend perméable à un certain nombre de grosses molécules alimentaires qui vont ainsi pénétrer dans la circulation générale et déclencher une réponse immunitaire. Le curcuma contient des pectines qui protègent la muqueuse gastrique, qui inhibent la production des médiateurs de l’inflammation (PGE2) et qui favorisent les médiateurs anti-inflammatoires tel IL-10 (8). Des études ont aussi montré une bonne efficacité dans l’ulcère gastrique(9).

Chez l’animal, le curcuma apaise les inflammations du tube digestif et provoque une augmentation du glutathion, antioxydant naturel, de même il agit favorablement dans la colite ulcéreuse expérimentale (10). En dehors de ses propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires, l’action protectrice du Curcuma agit d’une part sur la production de mucus (11), (sulfomucines et sialomucines) et d’autre part sur la flore intestinale (12). Enfin, une étude récente met en évidence l’effet barrière du Curcuma vis-à-vis de la pénétration et la réplication des entérovirus dans les cellules de l’épithélium intestinal (13).

L’ensemble de ces résultats font du Curcuma le traitement nutritionnel de choix pour se prémunir des troubles gastro-intestinaux, les colites, les inflammations intestinaleset en particulier le syndrome du colon irritable. De leur côté, l’Organisation Mondiale de la Santé et la Commission E, pour les produits naturels, ont reconnus l’efficacité du curcuma dans les troubles digestifs. 

Conclusion

Compte tenu de tout ce qui précède, il s’avère qu’un mélange de plusieurs souches de probiotiques peut être recommandé en apport à un régime sans gluten chez les personnes intolérantes. Les probiotiques peuvent dégrader le gluten chez ceux qui ne suivent pas un régime strict et vont enrayer la cascade inflammatoire de la muqueuse ainsi que la réponse immunitaire liée à la phase auto-immune de la maladie céliaque.

Dans l’ensemble des troubles digestifs liés à un phénomène inflammatoire, la meilleure approche nutritionnelle consiste à prendre simultanément une préparation à base de plusieurs souches de probiotiques et du curcuma.

PS : Ceux qui veulent approfondir le sujet peuvent se reporter à une excellente synthèse de la situation réalisée par une équipe de chercheurs brésiliens et intitulée « Intestinal Microbiota and Probiotics in celiac disease » (14).

Bibliographie

 

(1)  The human microbiome project

Nature 2007 ; 449 : 804-810

(2)   Duodenal microbiota composition and mucosal homeostasis in pediatric celiac disease

BMC Gastroenterolog. 2013; 13:113. doi:10.1186/1471-230X-13-113

(3)   The duodenal microbiota composition of adult celiac disease patients is associated with the clinical manifestation of the disease

Inflamm Bowel dis. 2013; 19:934-941

(4)   Pivotal advance: bifidobacteria and Gram-negative bacteria differently influence immune responses in the proinflammatory milieu of celiac disease

J Leukoc Biol. 2010; 87: 765-778

(5)   Mechanism of probiotic action: implication for therapeutic application in inflammatory bowel diseases

Inflamm. Bowel Dis. 2008; 14: 1585-1596

(6)   VSL#3 probiotic preparation has the capacity to hydrolyze gliadin polypeptides responsible for celiac sprue

Biochem. Biophys Acta. 2006; 1762:80-93

(7)   Effects of Lactobacillus plantarum and Lactobacillus paracasei on the peripheral immune response in children with celiac disease autoimmunity: a randomized, double-blind, placebo-controlled clinical trial

Nutrients. 2019; 11(8). pii: E1925. doi: 10.3390/nu110811925 

(8)   A modified peptic polysaccharide from turmeric (curcuma longa) with antiulcer effects via anti-secretary, mucoprotective and IL-10 mediated anti-inflammatory mechanisms

Int J Biol Macromol. 2018; 118 PtA: 864-880

(9)   Phase II clinical trial on effect of Curcumin on healing of peptic ulcer

Southeast Asian J Trop Med Public Health, 2001, 32(1); 208-15

(10) Effect of turmeric on colon histology, bodyweight, ulcer, IL-23, MPO and glutathione in acetic-acid-induced inflammatory bowel disease in rats

      BMC Complement Altern Med. 2016 Feb 23; 16:72

(11) Tissue sulfomucin and sialomucin content in colon mucosa without intestinal transit subjected to intervention with Curcuma longa(Curcumin).

            Acta Cir Bras. 2017; 32(3): 182-193

(12) The role of Curcumin in modulating colonic microbiota during colitis and colon cancer prevention

            Inflamm Bowel Dis. 2015; 21(11): 2483-94

(13) Inhibition of EV71 by curcumin in intestinal epithelial cells

            PLoS One. 2018 Jan 25; 13(1): e0191617

(14) Intestinal Microbiota and Probiotics in celiac disease

Clin Microbiol Rev. 2014; 27(3): 482-9

 

 

Produits associés