MICROCIRCULATION ET COVID-19

Publié le : 08/04/2020 09:45:12
Catégories : Santé

 MICROCIRCULATION ET COVID-19

   Nous connaissons maintenant tous les principaux symptômes du covid-19 :

  •  fièvre 
  • grande fatigue 
  •  toux sèche
  •  maux de tête violents 
  •  difficultés respiratoires.

Chez certaines personnes, elle provoque également des douleurs musculaires (courbatures) et des troubles gastro-intestinaux (diarrhées). Chez un nombre faible de patients, elle se traduit également par… un rhume et par une perte de l'odorat.

Cette grande variété de symptômes est déjà une énigme pour la communauté scientifique.

Mais ce qu’ont découvert récemment plusieurs chercheurs est encore plus inattendu !

Importance d’un sang fluide

Désormais, nous savions tous que les formes graves du Covid-19 sont généralement associées à une pathologie cardiovasculaire et à un système immunitaire affaibli. On constatait que la maladie se transformait en pneumonie sévère qui pouvait conduire au décès.

Une première publication, réalisée par une équipe de chercheurs chinois, mettait en évidence un lien entre des troubles de la coagulation sanguine et la gravité de la maladie. Ils ont montré que les malades qui décédaient du Covid-19 présentaient un taux anormalement élevé de D-dimères qui constitue un marqueur biologique de la coagulation (1).

Les D-dimères sont des marqueurs, dérivés de la fibrine qui se forme avec un caillot, que l’on trouve dans le plasma sanguin et qui permettent de prédire des maladies bien connues :

  •  phlébite 
  •  thrombose veineuse 
  •  embolie pulmonaire

Ces maladies sont notamment provoquées par des caillots sanguins qui se forment par un excès de coagulation du sang.

Le taux de D-dimères augmente avec l’âge et constitue une sorte de mesure du vieillissement physiologique circulatoire. Ceci peut expliquer en partie la sensibilité des personnes âgées au Covid-19. A 50 ans, il doit être inférieur à 500 mcg/litre, mais à 80 ans il peut atteindre 800 mcg/l ce qui favorise la survenue d’une thrombo-embolie pulmonaire.

Il faut savoir que notre organisme est parcouru par un réseau extrêmement dense de fins capillaires qui apportent l’oxygène dans les tissus. C’est au niveau des poumons que les globules rouges captent l’oxygène apporté la respiration. Si le sang circule mal au niveau des capillaires pulmonaires, on étouffe !

En Mars 2020, les conclusions d’une étude publiée a confirmé ces observations. Menée sur plus de 800 cas de Covid-19 – incluant à la fois des guérisons et des décès – elle répertorie chez les patients les plus gravement atteints (2) :

  • Une infection généralisée provoquant une inflammation endommageant les organes
  • Un faible niveau de leucocytes mais des niveaux élevés d’interleukine-6 (marqueurs biologiques des inflammations) 
  • Un très haut niveau de D-dimères dans le sang, signe d’un sang pas assez fluide.

Cette coagulation anormale du sang jouerait donc un rôle déterminant dans la brusque dégradation des patients déjà en réanimation, conduisant à un décès rapide et brutal. Et ceci permet de comprendre pourquoi et comment les patients atteints de troubles cardiovasculaires sont plus fragiles que les autres face au Covid-19.

Il en découle que l’athérosclérose, qui se traduit par un ralentissement de la circulation du sang, constitue un facteur de risque vis-à-vis de la morbidité du Covid-19

Une réponse naturelle avec les acides gras Oméga-3

Après ce qui précède, nous comprenons l’intérêt d’avoir une bonne circulation sanguine et un sang suffisamment fluide !

Ceux qui ont un risque cardiovasculaire pourront faire vérifier par leur médecin leurs paramètres de la coagulation. Les autres peuvent simplement avoir recours à un complément nutritionnel bien connu et dénommé Oméga-3.

Les acides gras oméga-3 sont présents dans la chair des poissons des mers froides et contiennent deux acides gras polyinsaturés à longues chaines l’EPA et le DHA qui sont des précurseurs métaboliques de première importance. Ils sont connus en particulier comme protecteurs cardiovasculaires (3) et combattent les effets négatifs du syndrome métabolique. Ils agissent favorablement sur la pression artérielle et réduisent l’inflammation de l’endothélium vasculaire (4).

L’EPA et le DHA donnent naissance à des prostaglandines et des leucotriènes qui ont une action vasodilatatrice et de fluidification du sang chez les personnes à risque. Ces actions sont donc favorables pour favoriser une meilleure circulation sanguine dans les capillaires et ainsi favoriser une meilleure oxygénation du sang et des organes.

La méthode du Dr Salmanoff

Les travaux de ce médecin Russe recoupent ce qui précède à propos du rôle des capillaires sanguins qui transportent l’oxygène aux tissus.

Le Docteur Salmanoff écrit : "La question n'est pas de trouver un traitement pour une maladie bien définie, mais de restaurer le corps endommagé du patient, indépendamment du diagnostic. La raison de ces anomalies fonctionnelles réside surtout dans les capillaires. Les traitements actuels négligent l’importance du travail des capillaires où 80% du sang circule pour approvisionner dans la profondeur, les organes et les tissus. La conservation et le bon fonctionnement des capillaires doit être la base de la médecine future" (5)

 

Pour répondre au problème de la circulation du sang dans les capillaires encombrés, le Dr Salmanoff préconise un bain hyperthermique ce qui revient à apporter de la chaleur au corps pour favoriser la vasodilatation et ainsi favoriser la migration du sang. Dans le bain il est conseillé d’ajouter des huiles essentielles de pin.

 

En cas d’encombrement bronchique ou de pneumonie, les adeptes du Dr Salmanoff préconisent de s’envelopper dans des serviettes chaudes préalablement trempées dans de l’eau à 60°. C’est un peu le principe du sauna ou du hammam. 

 Recommandations

En période de risque bronchique ou de pneumonie on peut recommander 6 capsules par jour d’huile de poisson riche en EPA et DHA ce qui représente un apport de 1,8 gramme d’acides gras Oméga-3.

Cet apport est particulièrement recommandé à ceux qui souffrent d’athérosclérose, d’hypertension, de diabète et d’excès de cholestérol ou de triglycérides. Les patients sous anticoagulants devront consulter leur médecin.

Par la suite, il est recommandé un apport de 3 capsules par jour d’Oméga-3 en permanence.

Et, en cas d’infection, pensez à la cure thermique selon la méthode du Dr Salmanoff !

Ne pas oublier de boire abondamment de l'eau ou des tisanes pour éviter la déshydratation qui épaissit le sang

 Bibliographie

[1] Tang, N., Li, D., Wang, X., & Sun, Z., « Abnormal Coagulation parameters are associated with poor prognosis in patients with novel coronavirus pneumonia », Journal of Thrombosis and Haemostasis, (2020) doi:10.1111/jth.14768, disponible ici : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/jth.14768

[2] DENG Y. et al., « Clinical characteristics of fatal and recovered cases of coronavirus disease 2019 (COVID-19) in Wuhan, China : a retrospective study », le 20 mars 2020 dans le Chinese Medical Journal, disponible ici : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32209890

 (3) Mason RP, Libby P, Bhatt DL.

Arterioscler Thromb Vasc Biol. 2020 Mar 26:ATVBAHA119313286. doi: 10.1161/ATVBAHA.119.313286.Emerging Mechanisms of Cardiovascular Protection for the Omega-3 Fatty Acid Eicosapentaenoic Acid.

 (4) Hammer A, Seidinger D, Steiner S

Br J Nutr 2019 Jul 2:1-20 doi.1017/S0007114519001582

Effects of omega-3-polyunsaturated fatty on endothelial function in patients with peripheral arterial disease: a randomized, placebo-controlled, double-blind trial

 (5) Alexandre Salmanoff

« Les mille chemins de la guérison » – éditions Medavi

 

Produits associés